divendres, 23 de novembre de 2007

Una pregunta plagiada a Voltaire


"Après notre sainte religion, qui sans doute est la seule bonne, quelle serait la moins mauvaise?"

Voltaire. Dictionnaire philosophique (Religion, Sec. III, Cinquième question sur la religion)


Després de la nostra santa constitució monàrquica, que sens dubte és l'única bona, quina seria la menys dolenta?

"Ne serait-ce pas la plus simple? ne serait-ce pas celle qui enseignerait beaucoup de morale et très peu de dogmes? celle qui tendrait à rendre les hommes justes, sans les rendre absurdes? celle qui n’ordonnerait point de croire des choses impossibles, contradictoires, injurieuses à la Divinité, et pernicieuses au genre humain, et qui n’oserait point menacer des peines éternelles quiconque aurait le sens commun? Ne serait-ce point celle qui ne soutiendrait pas sa créance par des bourreaux, et qui n’inonderait pas la terre de sang pour des sophismes inintelligibles? celle dans laquelle une équivoque, un jeu de mots et deux ou trois chartes supposées ne feraient pas un souverain et un dieu d’un prêtre souvent incestueux, homicide et empoisonneur? celle qui ne soumettrait pas les rois à ce prêtre? celle qui n’enseignerait que l’adoration d’un Dieu, la justice, la tolérance, et l’humanité?"

traductore traditore

"No en seria la més democràtica? No en seria aquella que..."